Mariage pour tous : enfin !

Dans moins de deux mois, les premiers mariages homosexuels pourront être célébrés dans les mairies. Après plus de six mois de consultations et d’auditions en commission, de débats dans l’hémicycle, de séances de nuit pour faire face à l’obstruction parlementaire de la droite, la France aligne ainsi sa législation sur l’Espagne, la Belgique, le Danemark, les Pays-Bas, la Suède, le Royaume-Uni, la Norvège, mais aussi l’Argentine, le Brésil ou encore l’Uruguay.

C’est une belle avancée pour l’égalité, et je suis fier d’avoir voté en faveur de cette loi.

Que retenir de ces débats ? Tout d’abord que la lutte contre l’homophobie est un combat qui reste devant nous. J’avais certainement sous-estimé à quel point le sentiment homophobe est vif dans notre pays. Encore une preuve que la démocratie doit protéger les libertés individuelles de chacun, et le droit de vivre librement son orientation sexuelle en fait partie. Je retiendrai également l’extrémisme de certains lobbys religieux et/ou d’extrême droite : messe de Civitas en latin et à genoux sous mes fenêtres, courriers d’invective me demandant de guider mon vote en fonction des écrits de l’évangile, menaces de mort contre Claude Bartolone, agression de mon collègue député Erwann Binet, stations de métro fermées aux alentours de l’Assemblée hier soir, etc.

Ensuite, je me souviendrai de la qualité des débats, à commencer par les auditions conduites par la commission des Lois en amont de la séance parlementaire, au cours desquelles des experts – partisans ou opposants au texte – ont exposé leurs arguments dans un esprit constructif d’écoute et de dialogue. Je songe aussi aux discussions que j’ai eues avec les habitants de la circonscription, de vive voix ou par écrit : ces échanges ont souvent été enrichissants, malgré les désaccords.

Enfin, bien sûr, je retiendrai l’émotion collective ressentie par les parlementaires, physiquement pour certains, au moment du vote final.

Hier au moment du vote, j’avais initialement prévu de longue date d’intervenir dans une table ronde sur la reconnaissance des entreprises socialement responsables, dans le cadre d’un colloque organisé par l’entreprise Nicomak. J’ai malheureusement dû écourter ma présence, scrutin parlementaire oblige. Je m’en excuse à nouveau auprès des organisateurs et des participants à la table ronde, et les remercie de leur invitation.taubira

4 comments

Skip to comment form

    • PICHON on 3 May 2013 at 8h48
    • Reply

    Loin d’être une avancée, je trouve pour ma part que l’adoption de cette loi du mariage homosexuel est une régression dans l’ordre de la société.
    Un mariage, depuis plus de 2000 an, est l’union d’un homme et d’une femme.
    Qu’il soit fait un contrat civil donnant des droits similaires à des homosexuels (sans l’adoption, car le droit des enfants est d’avoir un père et une mère) c’est possible, mais que l’on change de civilisation comme l’a écrit Mme Taubira, il est inadmissible qu’une simple loi en décide.

    Quant aux auditions par la commission des lois dont le député de la circonscription signale qu’elles ont été réalisée “dans un esprit constructif d’écoute et de dialogue”, il suffit d’aller voir sur le site de l’assemblée nationale comment le rapporteur s’est moqué de la position de l’Eglise de France dans sa présentation et de voir comment l’audition du cardinal vingt-trois a été menée à charge (comme dans le bureau d’un procureur.)

    Non, M. NOGUES, vous ne faites ni plaisir à un grand nombre de “vos administrés”, ni honneur à votre fonction en ayant voté ce texte. Le droit de vivre librement son orientation sexuelle dont vous parlez existait sans ce nouveau texte tandis que celui des enfants d’avoir un père et une mère va à présent être remis en cause (sauf si le conseil constitutionnel vous désavoue). Cette loi tente de mettre à mal la cellule de base de la société qu’est la famille. Nous ne sommes pas fiers que vous l’ayez voté.

    • Guernalec on 29 May 2013 at 10h35
    • Reply

    Je constate que votre ministre Madame Taubira a menti sur sa promesse de ne pas supprimer les “Père” et “Mère” dans les différents codes : Ils sont systematiquement remplacés par “parents”….Ce qui laisse présager ce qui va suivre et les conséquences pour les enfants.
    J’espère M. NOGUES, qu’il vous reste un minimum d’honnêteté et de conscience pour mesurer les conséquences de ce à quoi vous vous êtes engagé en votant cette loi.
    Vous n’avez aucun droit à détruire la famille pour l’application d’une idéologie et la satisfaction d’une infime minorité. Et votre prétention démocratique ne résiste pas à la façon dont a été mené le “débat”, suivi d’une répression démesurée sur les opposants pacifiques.

    • Guernalec on 22 June 2013 at 22h49
    • Reply

    Pour prolonger ce commentaire :Que pensez-vous de la façon dont le jeune Nicolas a été traité par la police et par la justice…Il y a suffisamment de preuves de la démesure de cette condamnation au regard de ce qu’il a fait en réalité:. S’opposer à une loi de façon pacifique vaudrait t’il désormais d’être traité comme les plus dangereux délinquants? Le délit d’opinion serait t’il en train d’être rétabli?

    1. Bonjour,

      L’arrestation de cette personne concerne une décision de justice. Afin de respecter l’indépendance des pouvoirs, il ne m’appartient pas – en tant que député – de commenter l’action de la justice et de m’immiscer dans une affaire en cours.
      Toutefois, il semble que cette arrestation n’a rien à voir avec un délit d’opinion, mais à un délit de rébellion et de refus de décliner son identité lors d’une manifestation non autorisée, à quoi s’ajoutent des dégradations. Les personnes qui ont été mis en garde à vue suite aux manifestations et qui avaient respecté la loi ont tous été relâchés. Les militants anti-mariage pour tous ont comme tous les citoyens le droit et la liberté d’exprimer leurs convictions, mais ils doivent le faire dans le respect de la loi commune à tous les français.

      Cordialement,
      Philippe Noguès

Leave a Reply

Your email address will not be published.