«

»

Juil 20

Surenchère sécuritaire à l’Assemblée nationale

FireShot Screen Capture #034 - 'Intervention de Philippe Noguès PLFRSS 2014 _ Protéger le pouvoir d'achat des retraités - YouTube' - www_youtube_com_watch_v=S1q7tUxYyPAL’émotion ressentie par les Français à la suite de l’effroyable attentat, perpétré le soir du 14 juillet à Nice, est immense. Quatre-vingt-quatre personnes, dont dix enfants, ont perdu la vie, et de nombreux blessés garderont des séquelles toute leur vie. Comme chaque citoyen, j’ai été extrêmement choqué par cet acte abject, d’une violence inouïe, et je veux avant tout exprimer ma solidarité et ma compassion envers les victimes et leurs proches.

Comme de nombreux citoyens, j’ai également été choqué, dès les premières heures qui ont suivies mais aussi lors du débat à l’Assemblée nationale, par la déferlante de surenchère politicienne devant le traumatisme collectif qui a touché le peuple français le jour de sa fête nationale. Une nouvelle fois, une grande part de nos élites politiques se révèle incapable de se montrer à la hauteur de l’évènement. Une nouvelle fois, alors que les citoyens sont unis dans la même peine et que nombre d’entre eux ont prouvé leur courage et leur sang-froid pendant cet évènement, la classe politique déchire l’unité nationale.

Là où la situation exigeait de la dignité et de l’humilité, nous n’avons eu qu’excès et invective. L’opposition se déchaine sans la moindre retenue, et de façon honteuse, alors qu’elle est responsable de la baisse des effectifs des forces de sécurité et de maintien de l’ordre quand elle était au pouvoir.
Le gouvernement intensifie sans consultation du Parlement les opérations militaires en Syrie et en Irak et fait voter la prolongation d’un état d’urgence qui n’a pourtant empêché ni cet attentat, ni les meurtres ignobles des policiers de Magnanville.

Pourtant, en tout état de cause, l’efficacité de l’état d’urgence a déjà été remise en question par la commission d’enquête parlementaire comme par de nombreux spécialistes des questions de sécurité. Pour tenter de justifier sa décision, un amalgame volontaire est aujourd’hui insidieusement instillé par le gouvernement entre l’état d’urgence qui écarte les juges judiciaires, y compris les juges anti-terroristes, des décisions importantes (avec les résultats constatés de perquisitions ou d’assignations à résidence sans aucune efficacité), et le déploiement de forces de police qui relève du plan Vigipirate ! Il est quand même également important de rappeler que n’importe quel préfet peut décider de mesures d’ordre public.

Enfin les lois votées récemment, et notamment celle du 3 juin sur le terrorisme et la procédure pénale, dotent déjà notre pays d’un arsenal législatif conséquent, que beaucoup d’entre nous jugent inquiétant, et qui autorisent par exemple le ministre de l’intérieur à assigner à résidence ou à mettre sous contrôle administratif des personnes en dehors de toute procédure judiciaire.

Le débat à l’Assemblée nationale sur la prolongation de l’état d’urgence s’est réduit à un débat stérile basé sur une surenchère sécuritaire à visée électorale. L’occasion nous était pourtant donnée de nous interroger sur notre volonté collective de vivre ou non dans un constant état d’urgence, et sur les conséquences politiques et sociétales d’un tel choix.

Pour ma part, pleinement conscient de la nécessité de la lutte anti-terroriste et de la sécurité pour tous, j’ai néanmoins refusé, en votant contre la prolongation de l’état d’urgence pour 6 mois, de cautionner ce qui ressemble de plus en plus à une simple opération de récupération politicienne.

(1 commentaire)

  1. lhoest

    Je suis tout à fait d’accord avec vous Monsieur le Député. Je suis Madame Dominique Lhoest, activiste des droits humains, humaniste libre et indépendante. je suis également positionnée en Afrique spécialement sur la rdc concernant le génocide de Béni, sur les dossiers des kurdes etc…pour n’en citer d’autres. Je suis aujourd’hui en tain de créer une nouvelle association qui sera basée à Lorient axée sur les droits humains et la promotion de la culture. J’ai 60 ans, sans emploi à la recherche d’un emploi sinon en reconversion professionnelle dans l’attente d’une formation diplômante ou qualifiante. Dans un parcours autodidacte. Aujourd’hui, mon ambition se tourne vers un master de droits humains. Je travaille avec mes équipes à l’international sur ce cas de génocide en République Démocratique du Congo. Aujourd’hui, je me rends compte en qualité de française humaniste comment notre monde va mal.Je constate également cette mauvaise gouvernance et je m’interpelle sur beaucoup de chose. Je fais partie du Mouvement éco citoyen. Pour en revenir à la question que j’ai soumis à notre gouvernement la voici avec quelques exemples. Question au gouvernement. Comment pouvez vous libérer des fichés S? Les laisser avec un simple bracelet électronique. La France est menacée par DAESH et Marseille en est la prochaine cible. Que faites vous pour notre sécurité? Il est tant de chercher des solutions dans les conflits armés voir plus contre le terrorisme car on ne peut parler vraiment de guerre mais de barbarie. Dans leur idéologie pour mieux comprendre le contexte de mort: “Pour un islamiste radical, tuer des « innocents » revient à les expédier au paradis d’Allah avant qu’ils ne se corrompent, et les faire souffrir leur permet d’atteindre mieux et plus vite encore la félicité. Quant à ceux qui sont « coupables », c’est une action méritoire que de les occire…” Islamisme et terrorisme
    Les islamistes veulent imposer leur forme de religion musulmane, de société et d’institutions par tous les moyens, y compris la lutte armée et la violence terroriste. Ils veulent que tous les pays du monde soient unis sous l’autorité d’un même calife, régnant comme au 7ème siècle. Ils veulent donc détruire notre société occidentale et nous imposer leur religion et leurs valeurs. Ils veulent aussi remplacer les divers régimes arabes, tous réputés corrompus car non-islamistes, par ce même califat.Il est temps de nous protéger Monsieur le Président .Voici le com également d’un de mes membres activiste que je trouve très pertinent. Je me permet de vous le transmettre. La barbarie qu’ils utilisent montre que la compréhension d’Allah pour eux est loin d’être atteinte. je crois que ce problème devient complexe car il intègre aujourd’hui les ratés de notre société notamment la pauvreté, l’exclusion, la vengeance, l’oppression Les autres peuples en transforment une culture, les guerres dites de religions, les autres guerres de salut, les autres parlent de la guerre de liberté, les autres parlent de la démocratie islamique. La problématique comment prévenir ce phénomène idéologique, culturel et dogmatique à la société future. les hypothèses seraient de refondre la famille, mais l’obstacle est que les cultures familiale de l’islam sont fermées (famille, école et église), la haine envers ce peuple aggraverait le phénomène, la solution de l’exclusivité à un monde fermé à l’islam serait une gravité avec l’obligation de l’ouverture. ce dilemme dans lequel se trouve la majorité de gouvernants laisse croire que les rapprochements restent le seul chemin en attirant leurs conscience dans la bonne gouvernance.
    Sur cela au plaisir de vous rencontrer Monsieur Noguès. Cordialement.Dominique HOEST

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.