«

»

Déc 08

Élections régionales: un résultat qui ne doit pas faire illusion

élections régionalesLe résultat du premier tour des élections régionales en Bretagne est sans appel. La personnalité du candidat de la gauche gouvernementale a écrasé la concurrence. Même s’il est parfaitement impossible à quiconque d’être à la fois ministre – qui plus est de la défense dans le contexte actuel – et président d’un conseil régional, les électeurs ont malgré tout décidé de lui faire confiance.

Chacun connait ma profonde opposition au cumul des mandats. Je ne peux donc que regretter ce mélange des genres qui entretient une certaine forme de notabilité et contribue, temporairement je l’espère, à empêcher toute évolution vers une autre façon de penser et de faire de la politique.

Parallèlement cette élection aura été marquée par l’explosion des votes FN, même en Bretagne. Et cela, je le constate autant que je le regrette, après 3 ans d’un gouvernement de gauche ! Son ascension pose question à tous les politiques de gauche comme de droite. Une droite républicaine qui justement, parce qu’elle n’a jamais trouvé son positionnement entre durcissement sécuritaire derrière le FN et politique centriste plus traditionnelle dans la région, en paye chèrement le prix électoral.

Pour le reste, l’état d’urgence dans lequel nous vivons depuis quelques semaines a accentué un réflexe légitimiste vers les principaux appareils qui a rendu difficile l’expression des autres listes de gauche.

Ainsi malgré le rejet de la politique gouvernementale, la liste PS peut se targuer d’un score flatteur. Mais ce résultat ne doit pas faire illusion. Si la personnalité du ministre de la défense a été plébiscitée, les électeurs ne donnent pas pour autant quitus à la politique qu’il défend au niveau national.

L’abstention, à gauche notamment, reste particulièrement élevée, tout simplement parce que l’offre politique ne répond visiblement plus aux attentes des citoyens. Parmi ceux qui font encore « leur devoir », la grande majorité le fait sans le moindre enthousiasme, presque à contre cœur. Et ce sera encore le cas au second tour.
Personne ne peut se réjouir de cet état de fait. Il est aujourd’hui urgent d’ouvrir le chantier d’une plus grande respiration démocratique et citoyenne. C’est ce à quoi je veux continuer à m’employer avec tous ceux qui veulent que la gauche reste une espérance.

(8 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Bulle

    Un jour, nous vaincrons ! Et votre combat pour une “autre démocratie” est le combat de toutes les personnes qui pensent que la démocratie leur a été volée.

  2. Yves Calba

    Bonjour,

    Très critique vis-à-vis du PS et plutôt de centre droit, j’ai voté pour Jean-Yves Le Drian en toute connaissance de cause. Les élections régionales sont des élections régionales et non nationales. Or, je suis satisfait dans l’ensemble du bilan de la gauche à la région Bretagne et je ne digère pas les positions parfois extrémistes de Marc Le Fur (notamment sur le mariage pour tous), qui heurtent ma sensibilité de centriste et d’humaniste. A l’inverse, je trouve que les autres listes de gauche n’étaient pas convaincantes, surtout pas les écolos (pour qui il m’est arrivé de voter à d’autres scrutins, notamment aux européennes en 2008), qui se sont donnés en spectacle en se déchirant. Idem pour le Front de Gauche : à l’heure où le FN fait les scores que l’on sait, on dirait à les entendre que leur pire ennemi est François Hollande et non l’extrême droite ! Quant aux régionalistes de Troadec, je pense que c’est une régression et que ce n’est pas autre chose qu’une forme différente de repli sur soi identitaire.

    Bref, mon choix est raisonné et a été fait en toute connaissance de cause. Je n’ai donc aucune leçon à recevoir de votre part, et je trouve que le vocabulaire que vous employez pour qualifier le comportement de vos électeurs est méprisant et indécent : “réflexe légitimiste vers les principaux appareils” (!!), êtes-vous sérieux ? avez-vous vraiment pesé vos mots et relu vos propos ?

    A lire vos analyses à deux francs cinquante, la majorité des électeurs bretons seraient des moutons, apeurés par Daesh et l’état d’urgence, qui se seraient prononcés sur la “personnalité” du candidat. Mais pour qui vous prenez-vous, Monsieur Noguès, pour regarder le vote de vos électeurs avec un tel dédain ? Faut-il vous rappeler que votre mandat vous a été confié par ces mêmes électeurs que vous méprisez tant ? Vous n’êtes pas au-dessus d’eux, simplement “primus inter pares” le temps d’un mandat de cinq ans dont le renouvellement est fortement compromis.

    Dites-nous plutôt ce que vous reprochez à l’exécutif régional sortant (dont votre suppléante était membre, soit dit en passant), ce serait significativement plus constructif !

    Bien cordialement

    Yves Calba – Guidel

  3. Philippe Noguès

    Bonjour Monsieur Calba,

    On peut peut-être le regretter, mais toutes les analyses concordent pour confirmer que ces élections ont été dominées par des enjeux nationaux et les argumentaires régionaux ont été pratiquement inaudibles.

    Sans cette candidature la liste PS était créditée de 10 points de moins, et cela même avant les tragiques évènements du mois de novembre ! Vous remarquerez d’ailleurs que les listes PS dans le reste de la France ont connu beaucoup plus de difficultés. Alors quand j’évoque une accentuation d’un “réflexe légitimiste” à la fois vers les principaux appareils mais aussi vers la personnalité du candidat et sa fonction, je ne fais qu’un simple constat.

    Ni mépris ni dédain ! Mais un vrai regret que nous n’arrivions pas à nous sortir de ce cumul permanent qui ne permet pas le renouvellement des élus et qui entretient le mythe des personnalités irremplaçables.

    Enfin, très sincèrement, si je ne pensais qu’au renouvellement de mon mandat, là vous avez raison, je m’efforcerais de manier plus couramment la langue de bois.

    Bien cordialement

  4. Yves Calba

    Merci Monsieur Noguès! Merci, grâce à vos “constats” d’une si grande hauteur d’esprit, de nous expliquer ce que nous ne savons pas sur nous-mêmes. Nous pensions avoir voté de manière réfléchie et raisonnée, dans le cadre d’une élections libre et démocratique, mais nous apprenons grâce à vous qu’il ne s’agissait que d’un “réflexe légitimiste”. Que nous n’avons pas voté pour un bilan et des perspectives pour la région, mais pour des “appareils” et une “personnalité”. Un grand merci pour cet éclairage.

    Je “constate” à mon tour qu’à aucun moment vous n’avez parlé de la région. Je ne sais toujours pas pourquoi vous ne soutenez pas JY Le Drian, ce que vous reprochez à l’exécutif sortant, et surtout ce que vous proposez pour la région. J’ai lu votre tribune appelant à voter pour René Le Louail, et je n’y vois que des commentaires généraux, des postures politiques (il ne suffit pas d’écrire que vous les rejetez pour que cela soit le cas), et une mise en avant de la personnalité de René Le Louail.

    Votre réponse nous informe que votre seul réel argument est celui du non-cumul des mandats. C’est louable mais, personnellement, je trouve que le non-cumul des mandats est un idéal mais pas une fin en soi. Précisément, je pense que les élections sur liste, portée par une personnalité connue mais qui intègre des personnalités nouvelles, sont un des moyens les plus efficaces pour faire émerger des nouveaux talents, préalable nécessaire au renouvellement. Pour résumer, je peux être intransigeant en matière de non-cumul sur les scrutins uninominaux, mais je regarde au cas par cas pour les élections de liste en tenant compte de l’image globale (tête de liste, liste bilan, programme, comparaison avec les autres listes, contexte politique globale et notamment potentiel de score du FN etc.).

    Je n’ai pas l’impression d’avoir là un comportement électoral très atypique. Je pense au contraire que nous avons été très nombreux, en Bretagne, à raisonner de la sorte.

    A vous lire, je pense en fait que vos “constats” sont peut-être des ornières. Souffrez que vos électeurs pensent différemment de vous.

    Bien cordialement,

    Yves Calba

  5. Philippe Noguès

    Monsieur Calba, je suis ravi de pouvoir vous être utile par ma “grande hauteur d’esprit” ! A vous lire je ne suis pas certain que la prétention soit de mon côté !

    Vous avez peut-être voté pour un bilan et des perspectives régionales, je pense que vous faites partie d’une minorité d’électeurs dans ce cas. Encore une fois vous avez le droit de penser différemment. Souffrez à votre tour que je ne sois pas d’accord avec votre analyse !

    Je ne vais pas rentrer ici dans une explication programmatique mais si j’ai apporté mon soutien à René Louail, c’est que je me retrouvais beaucoup plus dans son programme sur l’énergie, l’agriculture, l’orientation vers une économie écologique et un avenir pour nos enfants et nos petits enfants (peut-être parce que je suis grand père depuis peu de temps ?), comme dans sa conception d’une démocratie renouvelée.

    Et le rejet, pour le coup méprisant, de toute négociation pour le deuxième tour ne m’incite évidemment pas à apporter un soutien public au ministre de la défense.

    Que votre comportement électoral ne soit pas atypique n’implique pas que vous ayez raison…Nous continuerons sans doute à réfléchir différemment. Je revendique mon libre arbitre, même si cela ne vous convient pas… et que vous avez visiblement du mal à le supporter !

    Bien cordialement

  6. Yves Calba

    J’ai voulu être ironique dans mon introduction, puis exprimer un désaccord de fond de manière argumentée sur vos analyses qui me semblent tout à fait déconnectées de la réalité et prisonnières d’un gauchisme qui ne correspond pas à la sociologie électorale morbihannaise.
    Je m’excuse cependant si cela vous a paru prétentieux. Cela peut arriver avec l’ironie, lorsqu’elle ne s’accompagne pas d’un ton dans la voix et de geste. Ce n’était sincèrement pas mon intention.

    Vous avez raison, j’ai un peu de mal avec votre libre arbitre, car je ne considère pas que votre mandat vous appartienne. Il est vous est confié par les électeurs. Ces électeurs vous ont élu sur une étiquette partisane, sans laquelle vous n’auriez jamais été député, et dont vous vous affranchissez allègrement. Il y a trois ans, vous souteniez Martine Aubry et Hollande. Il y a six mois, vous souteniez les frondeurs lors du congrès du PS, qui sont représentés sur la liste de Le Drian. Aujourd’hui, vous soutenez les écologistes. Dans six mois, qui soutiendrez-vous? Etre frondeur est une chose, qui traduit un certain courage politique quand on connait les institutions de la cinquième république. Etre un loup solitaire changeant de positionnement politique tous les six mois en est une autre. Ce n’est plus du libre arbitre, c’est de l’inconstance, à moins que ce ne soit des logiques tacticiennes dont le bien-fondé m’échappe.

    L’analyse ne pourra se faire qu’en 2017. Si les électeurs ne renouvellent pas votre mandat en 2017, je pense qu’il sera alors plus pertinent de parler “d’usurpation unilatérale du pouvoir” plutôt que de “libre arbitre”. Mais en attendant 2017, je vous laisse le bénéfice du doute et je vous souhaite d’avoir raison !

    Nous ne tomberons pas d’accord, mais je vous remercie tout de même de vos réponses personnelles, même si j’imagine qu’elles ont été écrites par vos collaborateurs parlementaires (ce qui n’a rien d’anormal). J’apprécie sincèrement cette démarche car, pour tout vous dire, je ne m’attendais pas à ce que vous réagissiez à mon message initial. Merci de l’avoir fait.

    Cordialement.

  7. Philippe Noguès

    Vous avez raison, on verra en 2017. Juste un mot pour clarifier mon parcours.

    J’ai effectivement été élu en 2012 sur une étiquette, mais aussi sur un projet. Si j’ai abandonné l’étiquette c’est justement pour rester fidèle aux idées que je défendais en 2012. Je suis assez bien placé pour affirmer que contrairement à ce que vous pensez, il n’y a aucun “frondeur” sur la liste de Le Drian. Et si “usurpation ” il y a, elle provient plutôt du PS et du gouvernement qui n’ont justement pas été fidèles à leurs engagements.

    En ce qui me concerne ma ligne est déterminée par des valeurs et des convictions…Comme disait Churchill “Si ton parti change d’idées, ne change pas d’idées, change de parti”… entre parenthèses ce que je n’ai pas fait, puisque si j’ai soutenu la liste de René Louail aux régionales, je n’ai aujourd’hui aucune envie de rejoindre un quelconque autre parti et je siège parmi les non-inscrits à l’Assemblée nationale.

    Je suis aujourd’hui intimement persuadé que l’offre politique, à gauche notamment, ne correspond plus aux attentes des citoyens…et comme je l’écris sur la tribune qui nous a valu (permis) ce débat : ” Il est aujourd’hui urgent d’ouvrir le chantier d’une plus grande respiration démocratique et citoyenne. C’est ce à quoi je veux continuer à m’employer avec tous ceux qui veulent que la gauche reste une espérance”….et c’est la raison pour laquelle je lance actuellement une association pour travailler dans ce sens. ( http://www.voixdegauche.fr )

    Voilà, peut-être aurons-nous l’occasion de redébattre dans les mois à venir… En attendant je vous souhaite une bonne fin de journée…et de bonnes fêtes de fin d’année !

    Bien cordialement

    PS : j’écris toujours moi-même les réponses sur mon blog.

  8. Yves Calba

    Merci à nouveau pour la réponse, par contre vous vous trompez lorsque vous dites qu’il n’y a pas de frondeurs sur la liste de Le Drian, ou alors c’est de la mauvaise foi. Le seul député frondeur de Bretagne qui reste à part vous – à ma connaissance – est présent sur la liste (Gwenegan Bui) ! Je viens de vérifier et il a bien soutenu Christian Paul au congrès du PS. J’avais également cru comprendre que votre suppléante était aussi de cette tendance au sein du parti. Je ne connais pas les détails sur tous les candidats, mais il y a surement d’autres exemples.

    Pour le reste, un énième micro-parti ou micro-mouvement politique, qui va pour la énième fois nous promettre de renouveler la vie politique, cela me fait sourire. Vous avez tout à fait raison de le faire, mais vous n’êtes ni le premier ni le dernier à nous proposer cela, j’ai même l’impression que tout député qui se respecte à son propre mouvement aujourd’hui 🙂
    J’ai quand même été voir votre site et je n’ai pas compris le but de l’association : concrètement qu’est-ce qu’un “espace commun” ? Est-ce un think tank ? Un réseau ? Un micro-parti qui prétend ne pas en être un ? Votre futur comité de campagne pour 2017? Une amicale ou un cercle de convivialité ? Un mélange de tout cela ?
    Pour ma part, les formules stéréotypées (du type “ouvrir le chantier d’une plus grande respiration démocratique et citoyenne” ou “que la gauche reste une espérance”) ont sur moi un effet tout à fait repoussoir.

    Bonnes fêtes de fin d’année également.
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.