«

»

Juin 26

Stockage de stériles miniers d’uranium à Persquen : la transparence doit s’imposer !

mines-d-uranium-decontamination-surveillee_1945345_528x397C’est pour le moins avec étonnement que j’ai appris de Michel Le Gallo, maire de Persquen, lors d’un café citoyen que j’organisais à Guémené-Sur-Scorff, que l’entreprise AREVA avait pour projet d’acheminer sur l’ancienne carrière de Prat-Mérien, les  stériles miniers d’uranium (extraits de roches) provenant de sept sites bretons estimés à risque, sur un total de vingt-deux pour l’ensemble de la concession de Lignol.

Dans un premier temps, il s’agirait de stocker à Persquen 1.500 m3 de remblais, pour, à terme, y loger 5000 m3. Les travaux devraient débuter courant aout pour une durée de 43 jours.

La gestion de l’après-mine et du traitement des déchets contaminés sont des dossiers sensibles et difficiles qu’il convient de gérer dans la transparence. C’est pourquoi j’ai été très surpris du manque d’informations dont pâtit le maire de la commune concernée.

A cet effet, j’ai sollicité Bernard Le Menn, sous-préfet de Pontivy, afin que soit organisée une réunion en présence de Michel Le Gallo, maire de Persquen, de représentants d’AREVA et des services de la Sous-Préfecture. Je participerai évidemment à cette réunion qui devrait avoir lieu dans les prochains jours et j’espère qu’une solution satisfaisante pourra être trouvée.

 

(4 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. coulomb

    Bonjour
    Je suis habitante de Persquen. Je déplore le manque évidant de communication à ce sujet.
    Alors que le maire Michel LE GALLO semble ne pas avoir à sa disposition, les informations nécessaires, qui lui permettraient de répondre à nos légitimes inquiétudes, Il serait temps qu’ AREVA fasse une réunion publique, comme elle en a l’obligation.
    Il semblerait qu’on minimise le problème de ces stérils, alors que le site de Prat-Mérien ne présenterait plus de “réels dangers”, pourquoi ramener des déchets contaminés sur ce site. Tout en comprenant le souhait des autres communes de ce débarrasser de ces déchets, pourquoi déshabiller Pierre pour habiller Paul.
    Quid des conséquences sur le ruisseau du Chapelain ?
    D’autre part, PERSQUEN serait condamné dans le futur , à être un village de déchets miniers.
    Ce n’est pas parce que nous sommes une commune de 330 habitants que nous devons accepter cette situation.

    Chantal COULOMB

  2. Philippe Noguès

    Madame Coulomb,
    Je suis conscient de cette problématique et je suis en contact permanent avec le maire de Persquen, M. Le Gallo.
    Je vais par ailleurs poser une question au Gouvernement mardi prochain, le 15 mars à 15h, à ce sujet et je vous invite à regarder les questions au Gouvernement ce jour là ou à visionner la vidéo qui sera par la suite diffusée sur mon blog.
    Bien cordialement,
    Philippe Noguès

  3. meven

    bonjour,

    a t-on évolué sur ce dossier qui met en péril la santé des habitants du centre bretagne,

    a t-on au moins pensé à réaliser des mesures pour cartographier si cela peut avoir un impact sur les communes environnantes

    sujet sensibles car géré par des élites parisiennes qui méprisent la campagne… et la santé de leurs habitants

  4. Philippe Noguès

    Bonjour,
    Aux dernières nouvelles, le stockage serait en cours. Malheureusement (et croyez bien que je le regrette) je ne suis plus en situation de vous donner des infos précises. Le mieux placé actuellement est évidemment Michel Le Gallo, le maire de la commune de Persquen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.