«

»

Avr 09

Pourquoi je me suis abstenu !

                                                                                                     

Ma décision de mLOR_1306144889.jpgabstenir lors du vote d’investiture de Manuel Valls, mardi à l’Assemblée Nationale, a pu surprendre certains, et – je le sais par le nombre de mails et d’appels reçus – en réjouir beaucoup d’autres ! Quoiqu’il en soit il me semble important d’expliquer les raisons qui m’ont amené à  cette position.

Je n’ai rien contre le nouveau premier ministre, Manuel Valls, et j’ai accueilli très favorablement un certain nombre d’annonces en faveur de la transition écologique, de la réforme de l’organisation territoriale de notre pays, ou des mesures de solidarité pour les bas salaires.

Mais une décision se murit et ne peut s’appuyer uniquement sur un discours, aussi tonique soit-il. J’ai ainsi publié dans la presse ou sur les réseaux sociaux, au cours de ces dernières semaines, différents textes, dans lesquels j’exprimais mes doutes et mes réserves sur la politique économique française soumise aux exigences de l’approche libérale de la Commission européenne. Parmi ces textes j’ai signé, au côté de 80 députés socialistes, un appel au gouvernement pour un « contrat de majorité ». Dans ce texte nous souhaitions, après la défaite d’ampleur historique que nous venons de subir,  réaffirmer et amplifier les choix et les engagements de 2012. Et cela en proposant une inflexion économique qui éviterait le déséquilibre provoqué par un balancier tout entier tourné vers une politique de l’offre.

Je suis persuadé qu’il est nécessaire d’aider les entreprises, mais toutes ne subissent évidemment pas les mêmes contraintes et n’ont donc pas les mêmes besoins. Faut-il, par exemple, continuer à subventionner, comme nous le faisons avec le CICE,  la grande distribution ?   Au pacte de responsabilité global, sans conditions, qui nous est proposé, il me semble préférable de substituer un pacte national d’investissement, négocié jusqu’au niveau des entreprises. Sur ce sujet essentiel, aucune avancée notable n’est apparue dans le discours du Premier ministre, et voter la confiance revenait donc, dans ces conditions, à voter le pacte de responsabilité en l’état.

Je crains, pour résumer, que les 80 milliards que le gouvernement devra  trouver, à la fois pour financer le pacte de responsabilité et réaliser les économies budgétaires annoncées, ne finissent par étouffer la croissance, dégrader encore la situation de l’emploi et ne se traduisent  au final par beaucoup de sacrifices pour, au final, peu de réduction des déficits. 

Par mon abstention, je ne me suis en aucun cas retiré de la majorité, j’entends collaborer activement avec le Gouvernement mais j’ai fait le choix, difficile dans ce contexte, d’assumer mes convictions.

Philippe Noguès

Député du Morbihan

(5 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Pierre Laurent

    Votre décision vous honore,La voix du peuple, celle des électeurs , est trop souvint negligée par ses représentants pour ne pas se feliciter que vous l’ayez entendue!

  2. Christian Le Bourdonnec

    La démocratie ne peut pas faire abstraction de positions divergentes même entre militants d’un même parti. La pluralité des pensées, si elles oeuvrent à la construction d’un réel en se référent à un idéal, ne peut être que bénéfique pour l’intérêt de tous.
    Aux appareils de gérer correctement leurs marges en les respectant et en les écoutant car, en fait, c’est bien eux qui les ont créées. On assume ce qu’on crée ou alors on exclut, c’est aussi un choix politique.
    Philippe, toi et d’autres vous creusez un sillon dans lequel beaucoup de socialistes se reconnaissent : un socialisme proche des gens, non libéral, emprunt de justice sociale et d’honnêteté intellectuelle. Des qualitatifs, je pourrais en balancer un tas d’autres mais là c’est tout pour aujourd’hui !!

    Salut tout le monde

  3. Greco

    Bonsoir Philippe,

    Je ne comprends toujours pas ta position de faire parti des 11 qui ont maintenu leur position d’abstention au Parlement. Ce vote c’était la confiance à notre Premier Ministre et pas un simple vote de loi.
    En supposant que le Gouvernement n’ai pas eu la majorité , c’était la dissolution de l’Assemblée Nationale et des élections législatives, avec une défaite pour le PS. Je ne pense pas que tu souhaites la cohabitation de notre Président de la République avec l’ UMP.
    En temps que militant ” de base ” je regrette ta position.

    Cordialement.

    Daniel GRECO

  4. SCHWARTZ

    Je ne peux que vous féliciter pour cette décision, sinon c’était signer un chèque en blanc, car le détail des mesures n’a été annoncé qu’hier. Je trouve particulièrement scandaleux de bloquer les retraites à des gens qui ont travaillé toute leur vie et qui ne peuvent plus en profiter face à cette énorme inflation que l’on constate tous les jours. Diminuer le pouvoir d’achat c’est ne pas favoriser la consommation ! A quoi ça sert de produire si on ne peux plus acheter. Arrêtons d’importer des produits autrefois fabriqués chez nous . Il faut arrêter d’aider les riches entreprises (CAC40) et payer à sa juste valeur l’ouvrier qui est à la base des énormes profits des actionnaires et des patrons au salaire indécent ! Cette gauche n’est pas la gauche que beaucoup rêvaient de voir au pouvoir. Comme l’avait dit Martine Aubry : François Hollande c”est le candidat du système ! Alors changeons de système !!

  5. Le Nouën christian

    JE SUIS FIER DE MON DEPUTE

    Philippe en citant Jaurès revient à l’essence même du socialisme. Comment être socialiste aujourd’hui alors que la politique Nationale est et reste libérale malgré un Président et un premier ministre “socialiste”.
    Nous savons tous maintenant avec la majorité des économistes (Stiglitz, Piketty et bien d’autres) que notre politique économique actuelle est déflationniste alors que nous sommes toujours dans la récession. Priver de 35 Milliards par an notre économie est suicidaire, c’est 1% de moins de croissance de notre PIB , c’est nous enfoncer encore plus dans la crise et augmenter notre chômage à coup sur.
    Nous remettons à plus tard la croissance qui seule pourtant pourrait permettre d’augmenter la consommation des ménages et de gonfler les carnets de commandes des Entreprises.
    L’aspect social est évidemment à prendre en compte. On nous parle maintenant de diminuer les salaires en attaquant le smig , de diminuer les retraites et toujours d’augmenter les prestations sociales.
    Aurons nous encore une sécurité sociale en 2017 ?
    35 Milliards par an aux Entreprises c’est jeter l’argent par les fenêtres pour mieux rémunérer les actionnaires et laisser très peu aux investissements car comme toujours il n’y a pas de contrepartie.
    Ce n’est plus 50 Milliards que nous devons trouver dans notre budget d’ici 2017 mais plutôt 100 Milliards nous entrainant toujours plus vers les réformes libérales – Baisse du nombre de fonctionnaires, baisse drastique des budgets pour les hôpitaux alors que nous en avons si besoin avec l’augmentation de la vieillesse dans notre pays. Privatisation à tout va en prétextant des économies alors que chacun sait maintenant que les Entreprises publiques coûtent moins cher pour l’intérêt général.
    En tapant sur les classes moyennes et les classes inférieures, c’est taper sur notre électorat. La claque mémorable des municipales ne nous a rien appris, au contraire ; en demandant un virage à gauche, nous avons eu un virage à droite avec Valls. Notre politique est suicidaire car nos électeurs risquent de s’éloigner de nous à tout jamais.

    Dans ces conditions Philippe est très courageux de prendre cette position (surtout avec des pressions de toute sorte je suppose) et il faut l’encourager pour former autour de lui toute une équipe pour retrouver les véritables valeurs du Parti Socialiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.