«

»

Mar 01

Salon de l’agriculture : les éleveurs morbihannais à l’honneur

Je me suiblog2s rendu ce mercredi au salon de l’agriculture, où j’ai longuement échangé avec des éleveurs du département et des professionnels du monde agricole.

blog1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je tiens à féliciter tout particulièrement les éleveurs de la circonscription qui se sont distingués au concours général agricole, notamment M. Le Mouillour, éleveur de cheval breton à Lanvaudan, dont la pouliche « Alsace de la Chaussée » est arrivée en tête dans sa catégorie. Vice-président du groupe d’étude sur le cheval à l’Assemblée Nationale, et moi-même propriétaire de deux chevaux, je suis particulièrement attaché à la promotion de la filière équine.

blog3

Du côté des bovins, félicitations également au GAEC Le Floch à Quistinic pour leur Prim Holstein « Bretagne », qui remporte le deuxième prix dans sa catégorie.

Avec 13 animaux morbihannais représentés au salon, dont six en provenance de communes de la 6ème circonscription (Lanvaudan, Séglien, Inguiniel, Saint Aignan, Quistinic), les éleveurs du département ont représenté avec brio la vitalité du monde agricole sur notre territoire.

A l’heure où l’affaire de la viande de cheval entraîne une crise de confiance généralisée, je crois qu’il faut rappeler le savoir-faire de nos éleveurs et l’importance de l’agriculture dans notre économie.  Les agriculteurs, qui travaillent dur, souvent avec une grande passion, mais qui ne maîtrisent pas les revenus qu’ils peuvent espérer tirer de leur travail, ressentent aujourd’hui un malaise et un sentiment d’injustice légitime auxquels les députés de la majorité et le Ministre Stéphane Le Foll sont très sensibles.

La France est un grand pays agricole, un pays de terroirs, et doit le rester. Cela fait partie de ses forces. Pour autant, l’agriculture n’échappe pas au défi environnemental auquel nous faisons face, qui concerne toute la société et tous les secteurs de l’économie. La transition écologique est une priorité nationale. Les agriculteurs, dans leur diversité, en seront des acteurs de premier plan. Je crois que la majorité d’entre eux en sont conscients et qu’ils y sont prêts, malgré les conservatismes qui persistent. Préserver l’eau, généraliser des techniques et des pratiques plus respectueuses de l’environnement, et nourrir bientôt 9 milliards d’habitants sur la planète : nous pouvons, et nous devons, produire mieux. Les pouvoirs publics ont un rôle essentiel à jouer pour accompagner les agriculteurs face à ces mutations. En tant que membre de la commission Développement Durable à l’Assemblée Nationale, élu sur une circonscription majoritairement rurale, j’y suis particulièrement attaché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.