«

»

Jan 23

Cinquantenaire du traité de l’Elysée : pour une Europe forte au service des peuples

Le 22 Janvier 1963, à l’Elysée, le présidberlin 1ent français Charles de Gaulle et le chancelier allemand Konrad Adenauer gravaient dans le marbre les principes de la coopération entre les deux pays. Ils mettaient ainsi fin, de manière officielle et diplomatique, à près d’un siècle marqué par trois guerres sanglantes. Ce traité prévoit notamment que les chefs d’Etat des deux pays se rencontrent chaque fois que nécessaire, au moins deux fois par an, ce qui contribuera beaucoup à faire du fameux « couple franco-allemand » le socle et le moteur de la construction européenne. A bien des égards, le traité de l’Elysée a été un laboratoire pour l’Union Européenne, dans le sillon des efforts entrepris par Robert Schumann dans les années 50.

C’est pour célébrer le cinquantenaire de ce traité que je me suis rendu hier à Berlin avec la plupart des collègues députés, à l’invitation des parlementaires allemands.

Nous avons ainsi exprimé notre profond attachement à la paix et la démocratie en Europe, ainsi qu’à la coopération entre nos deux peuples voisins. La crise économique et sociale que nous traversons peut nous faire parfois oublier que l’Union Européenne, portée par le couple franco-allemand, a été et reste un puissant levier pour la paix et la prospérité, un garant et un promoteur historique de la démocratie sur le continent, et un rempart protecteur contre les effets néfastes de la mondialisation. C’est peut-être pour cela que l’émotion s’est invitée à cette journée, quand les parlementaires français et allemands se sont spontanément levés aux premières notes de l’hymne à la joie de Bethoven, jouée par l’Orchestre Philharmonique de Berlin.

Car au-delà des divergences politiques qui nous opposent, l’Allemagne et la France ont intérêt à ce que l’Europe soit forte. A eux seuls, les deux pays détiennent ensemble plus d’un tiers du produit intérieur brut de l’Union Européenne. Les échanges économiques entre les deux pays représentent près de 170 milliard d’euros en volume. L’Allemagne est le premier partenaire commercial de la France, et réciproquement. La sortie de crise passe par l’union et par une étroite coopération franco-allemande.

Pour autant, l’esprit de commémoration propre à ce type de célébrations ne peut nous faire oublier les difficultés économiques, sociales et politiques majeures auxquelles l’Europe fait face. En particulier, même si le rétablissement des finances publiques est une priorité politique, nous ne devons pas être prisonniers de politiques d’austérité contre-productives. L’union oui, mais sans oublier de se battre contre les forces conservatrices qui tieberlin 3nnent aujourd’hui les rênes du pouvoir en Europe.

A cet égard, j’aimerais souligner la tribune conjointe d’Harlem Désir, secrétaire national du PS, et de Sigmar Gabriel, président du SPD allemand, publiée hier dans le journal Libération :  « Notre objectif est une union économique et monétaire au service de l’emploi et de la croissance, dans laquelle la stabilité budgétaire s’accompagne d’une politique commune en matière de finances et de fiscalité, d’une politique économique harmonisée, de minima sociaux, d’une régulation des marchés financiers encore plus stricte ainsi que d’une union bancaire solide. […] A l’heure de la mondialisation, l’Europe ne préservera sa prospérité que dans l’action commune et n’imposera son modèle de civilisation : un modèle de civilisation qui mêle croissance économique et justice sociale, solidarité entre les Etats membres, liberté et démocr atie ».

Dans la perspective des élections européennes à venir et des élections législatives allemandes à l’automne prochain, je suis convaincu que la coopération entre les différents partis de gauche européens doit être renforcée pour pouvoir infléchir certaines orientations politiques, et mettre l’Europe au service des peuples et de la prospérité économique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>